Bruxelles, expérience à la belge au mois d’avril! 🇧🇪 (article disponible en français uniquement)

Hello mes amours ! Hallo allemaal*, comme on dit en flamand ou néerlandais. Si je vous parle dans cette langue, c’est que j’ai eu un petit coup de coeur récemment pour « la capitale des wallons et des flamands », j’ai nommé … Bruxelles, ou plutôt “Brussels”, comme le prononcent les anglais, ou encore “Brüssel” pour les flamands et les néerlandais. Surnommée la « Washington d’Europe » (pour son côté administratif et institutionnel), j’ai passé quelques jours en sa compagnie (trois jours entiers et deux demi-journées), et ce logé dans le superbe appartement de mon amie flamande qui s’est installée là-bas pour travailler …

Mont des Arts

Pourquoi j’aime Bruxelles ? Tout d’abord, pour son côté international et multiculturel. Déjà, deux langues officielles : le flamand et le français. Enfin, presque trois. L’anglais est parfois le meilleur moyen de se faire comprendre de tous. Au final, les gens parlent le néerlandais, l’anglais ou le français, et tous arrivent à se (faire) comprendre. C’est cet aspect multilingue (et donc forcément multiculturel) qui m’a plu tout de suite et m’a donné envie d’en apprendre davantage sur la ville que je connaissais seulement pour ses bières, ses gaufres, ses chocolats et ses frites… N’aimant que deux de ces quatre spécialités (je vous laisse deviner lesquelles!), j’ai vite abandonné le quartier touristique dont l’épicentre reste tout autour du Manneken-Pis (petit bonhomme qui pisse en l’air dans une fontaine minuscule) pour m’éloigner tantôt vers les quartiers d’élite avec des musées, parlements, jardins et palais royaux, tantôt vers les faubourgs plus populaires (où l’on parle plus souvent flamand que dans les quartiers chics, plus « français »).

Si je veux vous raconter mon petit périple belge sans émettre de vous faire partager chaque détail, (dont ma quête quotidienne de signes pouvant me mener à mes deux idoles – Tintin et Stromae!), ainsi que moi tombant nez à nez sur une façade qui faisait office de parodie du Manneken-Pis (photo sur votre gauche : Manneken-Peace!), et ainsi ma passion quasi-instantanée pour tout ce qui concerne le street-art, (street-art qu’on ne peut d’ailleurs pas dissocier de l’image du coeur de Bruxelles), si je veux vous faire part de ce périple belge dans son ensemble donc, je pense que je devrais vous raconter mon voyage depuis le début. Avant ça, laissez-moi vous préciser que Bruxelles regorge de façades murales à l’effigie des plus fameux personnages de BD, dont Tintin, Titeuf, Spirou et Fantasio et j’en passe, mais encore d’autres thèmes plus insolites comme tout un thème mural sur les thèmes LGBT et transgenres par exemple (un de mes plus gros coups de coeur de tout le séjour…. avec le café Novo, qui occupera lui aussi une place importante dans mon article!).

Mardi matin (le 10), arrivée à Brussels International Airport vers 13h, donc. Il faut que je fasse vite car mon amie qui est architecte est partie de son travail pour me donner les clés (elle m’attend chez elle) mais elle doit vite y retourner, autrement dit je n’ai pas beaucoup de temps. Je saute vite dans le premier train Brussels Airport-Bruxelles Nord-Bruxelles Central-Bruxelles Midi, qui est un peu plus cher que le bus mais beaucoup plus rapide, et m’arrête à Bruxelles-Nord (la gare la plus proche de l’appartement de mon amie qui elle vit tout près de l’arrêt Botanique). Situé juste à-côté du centre de Bruxelles en deux-trois stations de métro, la ville, qui paraît moins grande que Paris, est facilement accessible depuis n’importe quel point sur la carte de ce que l’on appelle le « Grand Bruxelles ». À la gare, c’est l’horreur! N’arrivez jamais Gare du Nord lorsque vous êtes un peu pressé! Mal indiqué, et puis, c’est la tristesse : des centaines de réfugiés dorment par terre à même le sol. Une autre vision de Bruxelles mais qui nous ramène parfois à la (très) dure réalité.

Chez mon amie, c’est un petit coin de paradis (qui fait contraste avec tout le stress ressenti lors de cette course contre la montre). Je n’ai pas le temps de me poser tout de suite car je sais que je vais repartir avec elle (je ne suis là que pour quelques jours alors autant vite en profiter!), mais je sais que je vais passer un bon séjour ici, calme et reposant (ce dont j’avais vraiment besoin récemment!). Pour vous en donner une petite idée car je ne peux pas poster de photos de son appartement sur mon blog, ça faisait très loft new-yorkais, mais en plus convivial et avec un balcon qui donne sur un petit jardin, le top vraiment 🙂

A Bruxelles, je me sépare de mon amie qui repart donc travailler (comme elle le fera tous les jours), mêmes horaires habituels, same time, 9h-18h. Je m’aventure donc seul dans les rues de Bruxelles pour la première fois, n’ayant qu’une idée en tête, trouver la place Centrale, avec l’Hôtel de Ville, car je vous confesse que j’avais regardé une vidéo Youtube avant de partir, et que je voulais vraiment vérifier si ça rendait aussi bien que dans la vidéo. Et oui, le résultat est juste magnifique! Une grande place avec le bâtiment principal (hôtel de ville) qui domine sur le reste de la place (et de la ville), entièrement entourée de bâtiments historiques et élégants du XIVème siècle. Tout le reste de la place brille de mille feux avec des balcons aux enluminures bordées d’or, et en bas des dizaines de grandes marques spécialistes du chocolat. Ça vibre, c’est beau, ça fout une claque.. Ça y est, je peux enfin me dire que je suis arrivé. A noter que (je reviendrai plus tard dessus mais ce n’est pas grave) j’ai eu l’occasion lors de ma dernière soirée à Bruxelles de voir cette place de nuit et que c’est encore plus magnifique que ce que l’on s’imagine (je n’ai pas pris beaucoup de photos car je ne suis pas arrivé à capter l’instant).

A-côté de la Grande-Place, il y a le fameux Manneken-Pis, dont je ne vous ferai pas la description peu flatteuse (mais je m’attendais déjà à cela dans ma tête donc je n’ai pas été déçu), sans parler des dizaines de photographes en herbe qui se pressent autour de la statue comme nos amis du Louvre autour de la Joconde). Bref, c’et justement à-côté du Manneken-Pis que j’ai découvert ma première pépite/oeuvre d’art (je suis sérieux!), la paradie murale de la fameuse statue connue dans le monde entier. Et là, BOOM, révélation! Non seulement j’ai trouvé cela parfaitement bien fait, mais drôle également, et propre au songe et à la réflexion… Bref, j’ai ensuite passé la moitié de mon séjour à guetter le moindre coin coloré de building !

ll est 18h et j’ai commencé à avoir un peu faim. Je me suis arrêté dans une délicieuse épicerie bio qui bradait tout à -50% (pourquoi pas?!), j’y ai acheté des yaourts et du café et je me suis posé dans un petit café cosy et arty à-côté, le fameux café Novo, que je vous recommande, c’est de loin le café le plus sympa que j’ai pu trouver sur Bruxelles! L’ambiance y est agréable, les serveurs super cools, déco parfaite mais pas trop instagrammable (c’est-à-dire  chaleureuse et confortable), bref le combo parfait! 

J’y ai passé quelques heures car je ne voyais plus le temps passer à écouter les conversations d’autrui (oui je sais que c’est mal mais je suis très curieux), et c’est un excellent moyen de s’éloigner des coins touristiques pour aller découvrir la culture locale. Partie plus française que flamande (car quartier assez bobo typiquement français), les Belges se distinguent des Français par leur “rrr” prononcé, leur détachement et leur précieux sens de l’humour (en tout cas un sens de l’humour que j’apprécie!). Fin de journée, galeries du Roi et de la Reine, qui ressemblent un peu (mais en moins beau) à la galleria Vittorio Emmanuele à Milan, et en soirée, un petit resto délicieux avec ma pote, le Flamingo, spécialisé dans la cuisine thaï et au comptoir (c’est-à-dire ni fast food ni grande gastronomie), vous l’avez compris l’une de mes cuisines préférées! Bon, je ne vous ai pas détaillé l’histoire de l’averse gigantesque qui m’a poussé de la Galerie du Roi à la Gare Centrale un peu plus tôt dans l’après-midi, ni cette fameuse Gare Centrale qui regorge de voyageurs qui s’empressent comme dans une fourmillière, une belle gare comme on n’en voit plus et qui donne envie de partir loin en voyage!

Amsterdam est à-côté, et vraiment si j’avais eu le temps je n’aurais pas perdu l’occasion d’aller la visiter… l’occasion peut-être d’une autre visite à Bruxelles avant de m’envoler un peu plus loin vers Amsterdam (en train Thalys ça va très vite et ce n’est plutôt pas très cher si l’on s’y prend assez tôt pour réserver ses billets! Le lendemain, je me lève en même temps que mon amie lorsque celle-ci part pour son travail car nous avons un petit problème de clés (très difficile à faire rentrer dans la serrure et donc à fermer la porte, c’est tout un système!), j’ai appris entretemps à fermer la porte comme un grand mais ce n’était vraiment pas évident au départ ! Il est 10h et quelques lorsque j’arrive dans le centre de Bruxelles. Autrement dit de bon matin! Je vise direct mon café préféré café Novo mais celui-ci est malheureusement fermé jusqu’à 11h… Bouh ouh ouh.. Il n’est que dix heures et je manque cruellement d’énergie. J’en tente un autre, et c’est direct la bonne pioche. Un italien super sympa qui me fait goûter à sa propre version du cappuccino (je n’ai plus l’adresse de son bistrot mais c’est tout au bout de la rue perpendiculaire au Manneken-Pis). Au Soleil, quelque chose dans le nom qui sonne déjà comme le doux soleil de l’Italie 🙂

Une heure plus tard, je me sens plus en forme, je me dirige vers la fameuse “fresque LGBT” (je ne sais pas comment elle s’appelle donc c’est comme ça que je vais l’appeler), et là c’est un vrai choc! Je ne vais pas vous décrire les dessins un par un que vous retrouverez tous sur mon profil instagram sous le nom d’arty_fixe, mais je peux vous dire que chacun d’entre eux m’a beaucoup ému, notamment le “Kid escaping homo-bullying” (garçon fuyant le harcèlement homophobe). Ce mur ne fait pas l’unaminité aussi bien autour de la communauté gay que chez les commercants du quartier, mais à mes yeux il est toujours utile de dénoncer quelques réalités. Sachez que si vous passez par Bruxelles vous pourrez retrouver ce fameux “mur LGBT” au 25 rue de la Chaufferette dans le quartier Saint-Jacques (le quartier gay de la ville).

Je change radicalement d’ambiance par la suite puisque je me dirige vers le Palais de Bruxelles, où je me laisse captiver par son architecture et ses jardins (auxquels on ne peut malheureusement pas accéder pour les voir d’un peu plus près mais au bon au moins j’aurais essayé et demandé), juste à-côté se trouve le musée du palais de Coudenberg, et, en face, le parc de Bruxelles (très classique), que longe la rue Royale (Koningsstraat), qui accueille quant à elle résidences d’ambassadeurs, hôtels et le Siège national de l’Union de la presse cinématographique belge (UPCB).

Je m’arrête ensuite quelques instants au JAT’Café de la rue de Namur, où je n’ai malheureusement pas pu faire fonctionner la Wifi, puis je reviens ensuite vers le Mont des Arts pour bénéficier de la vue sur toute la ville avant de longer la rue de la Régence où je passe devant l’église Notre-Dame au Sablon et de finir au Palais de Justice (magnifique mais en travaux!), dont la place qui surpombe l’édifice offre une vue imprenable sur la capitale. J’emprunte l’ascenseur qui me redescend au-niveau principal (car le Palais de Justice se situe sur un niveau plus en hauteur que le reste de la ville), et j’atterris dans un quartier très mignon entre le quartier Sablon (plus chic, majestueux) et la place du Jeu de Balle (qui était celle où s’est tenue l’acquisition de la maquette du bateau par Tintin dans Le Secret de la Licorne). Très sympa, très mignon, rempli de petits squares, de boutiques et de concept stores, je me dirige ensuite vers la rue Antoine Dansaert et la place Sainte-Catherine avant de finir sur le quai du Henaut où se situe le MIMA, le musée d’Art Contemporain de la ville de Bruxelles. Le quartier est sympa avec ses nombreux magasins bio et change radicalement de ce que j’ai pu voir précédemment de la ville. Je reviens ensuite vers le centre tout en longeant la rue de Flandres où je m’arrête par la boutique Urban Therapy qui propose une collection qui mélange décoration, vêtements, et où vous avez également la possibilité de prendre un brunch ou un café. J’en profite pour ramener un petit cadeau à mon amie qui m’héberge pour la remercier. Le vendeur est très sympa, je reviens ensuite vers le centre et m’arrête un long moment sur la place principale où j’observe la foule qui bat son plein vers 18h, avant de revenir chez mon amie et de l’attendre quelques temps pour une sieste. Enfin, nous décidons tous deux de nous rendre vers la commune d’Ixelles qui se situe juste à-coté de Bruxelles et de nous arrêter à Mano a Mano, un restaurant italien que je vous recommande (vivement). Malheureusement nous n’avions pas réservé et la salle est pleine. Nous attendons donc un moment au café d’à-côté (très sympa également). Enfin vers 21h30 nous avons notre table. Nous avons partagé des cannelloni con ricotta e spinaci* (délicieuses) et une pizza bufala e pomodoro. Accompagné de vin rouge italien, le tout était délicieux. Les vraies vacances, la dolce vita à l’italienne (ou à la bruxelloise). Ixelles se situe à-côté du quartier Louise, que je vous recommande aussi fortement. En ce qui concerne Mano a mano (“main dans la main” en italien), le resto sert une cuisine délicieuse et authentique, avec de bons produits frais, et rien que pour ça j’avais envie de vous en parler un peu plus plutôt qu’un simple “Je vous conseille le resto Mano a mano”.

Jour numéro 3, c’est un jeudi (le 12), je me lève déterminé à profiter de la ville plus que jamais. Je me rends en tramway aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, où je m’arrête pour l’exposition Promises of a face, ou l’art du portrait des premiers peintres flamands aux selfies d’aujourd’hui. L’effet est radical, le fait de trouver un tableau du 19ème et une photo des années 2000 surprend et crée un effet troublant, et j’ai adoré les petites notes laissées par certains visiteurs à-côté des oeuvres sur des post-it, quelques unes étaient vraiment très drôles et perspicaces! S’il y a un endroit que je recommande à-côté pour faire une pause c’est bien Tich, café et cantine végane originale, concept-store super sympa. Tous les liens des sites Web de ces bonnes adresses sont dispos en fin d’article. Je décide ensuite de revenir près du quartier Louise (Louizalaan en flamand), sympa pour ses nombreuses boutiques et pas très loin de la porte de Namur, qui sépare Bruxelles de Ixelles, la petite commune très jolie où nous étions la veille. (Photo de la salade de chez Tich un peu plus bas).​Je m’arrête chez Urban Outfitters, l’une de mes boutiques préférées, et je reviens ensuite dans mon café préféré avant de rejoindre ma pote pour un ballet de danse contemporaine, Achterland par Anne Teresa De Keersmaeker, chorégraphe néerlandaise. Sur scène, cinq femmes, trois hommes et deux musiciens (piano, violon). Chaque personnage teste prudemment les limites de l’autre. Avec la musique des sonates pour violon d’Isaÿe et des études pour piano de Ligeti en accompagnement, le résultat est juste magique. La danse est énergique, mais en même temps très humble et toute en retenue, avec parfois quelques petites explosions de couleur. Un feu d’énergie et de romantisme latent.

Jour 4 (vendredi 13) : Lever de bonne humeur et départ pour l’Atomium. Je suis parti me promener ensuite du côté de l’église Notre-Dame de Laeken et du petit village à-côté qui porte son nom. Je me suis arrêté dans un parc car c’est la première fois que j’avais l’occasion de pouvoir un peu découvrir la nature (autour de Bruxelles). Laeken est vraiment très mignon. L’ambiance y est très locale. L’intérieur de la cathédrale vaut le détour, vraiment. Ce n’est qu’à 5 minutes de l’Atomium donc je vous conseille d’aller vous y promener.

Bruxelles chaleureuse et éternelle, faite de petits villages qui se complétent les uns aux autres plutôt que formée d’une vraie unité caractéristique par exemple d’une ville comme Paris. De retour dans le centre, je me réfugie dans mon petit café préféré (je vous laisse deviner lequel!). J’y attends mon “date” Tinder, car je vous avoue que je commençais sérieusement à m’ennuyer de visiter la ville seul, et Tinder (on en dira ce qu’on veut) est un merveilleux moyen de faire des rencontres …. ou bien de se trouver un guide touristique pour la journée! Nous sommes retournés aux Sablons et près de la place du Jeu de Balle (mon quartier préféré) et nous avons bu un verre. Soudain je réalise que c’est ma dernière soirée sur Bruxelles et j’en suis déjà tout triste. Nous nous quittons une heure après et je rejoins mon amie pour aller boire un (autre) verre avec des amis à elle tous architectes, dans le quartier très sympa près de la plaine de jeux Quai à la Houille et de la place Sainte-Catherine (métro Ypres). Le soir nous sommes véritablement sortis sur Bruxelles. La vie nocturne est super cool et c’est là que j’ai pu découvrir Grand-Place de nuit. La vie nocturne sur Bruxelles est vraiment animée. Nous sommes rentrés vers 3/4h du matin mais j’ai (vraiment) bien profité de ma soirée.

Atomium

Jour 5 (et dernier jour) : Samedi 14. Jour du grand départ pour Paris. Il est temps déjà de dire au revoir à Bruxelles, car mon bus pour Paris (Bruxelles-Paris 4h) est à 14h et nous nous sommes levés aux alentours de midi. Brunch très vite préparé à l’appartement mais je n’aurai pas le temps d’en voir davantage. C’est dommage et j’ai déjà la larme à l’oeil de quitter la ville qui j’ai l’impression m’a tant apporté en si peu de temps. Pour préparer votre (prochain) séjour à Bruxelles je vous conseille de lire les blogs et puis l’article du Bonbon sur Bruxelles que je vous mets en lien en fin d’article. Commencez à regarder la carte attentivement avant de partir aussi, ça peut toujours aider. Pour les soirées d’été comme à Paris, je vous conseille les bars et soirées rooftop, je n’ai pas eu l’occasion de les tester au moins d’Avril mais ça peut vraiment être sympa. Bruxelles est à mon avis une ville qui se vit tout aussi bien au printemps qu’à l’automne, en été comme en hiver pour son magnifique marché de Noël sur la grande place. Avant d’entamer mon chapitre 2 (Paris), laissez-moi vous redire combien j’ai pu apprécier mon séjour là-bas. Même si ce n’est pas une ville “in” ou “tendance” comme Londres ou comme Berlin, je pense que ça vaut le coup d’aller la visiter pour quatre ou cinq jours (et de pousser pourquoi pas vers Amsterdam à l’occasion). En attendant de revenir, je peux toujours me consoler en pensant qu’il me serait assez facile de m’installer là-bas étant donné que la langue officielle reste toujours le français! xx, votre passionné Artyfixe.

Hallo allemaal : Salut à tous Cannelloni con ricotta e spinaci : cannelloni à la ricotta et aux épinardsBufala e pomodoro : mozzarella (bufala) et tomates Durum = spécialité turque 

Chapitre 2 : Paris


Ah, Paris. Des mois que je n’y avais pas mis les pieds (ce n’était pas les occasions qui me manquaient pourtant!) et déjà cette impression que je viens d’arriver chez moi, un petit peu comme si j’étais déjà à la maison. Après 4h de bus donc (on fait un saut de quatre heures dans le temps car la section bus n’a aucun intérêt), me revoilà reparti dans le tumulte du métro parisien, qui, je tiens à le dire, a une odeur bien particulière (de charbon?), et ce particulièrement sur la ligne 6. Toutes ces odeurs me sont familières malheureusement, et je ressens déjà la “furie du parisien”. Ce sentiment que la ville m’appartient un peu, qu’elle est une part indéniable de ma personnalité. Je n’ai pas grandi ici, mais j’y ai quand même passé cinq ans, ce qui représente une part énorme de ma vie étudiante (je m’y suis installé lorsque j’avais dix-huit ans). Paris, c’est dans cette ville maintenant que vit my sister, que je rejoins dans son quartier pour visiter la chambre où elle fait ses études. Elle dispose d”une super belle vue sur les toits de Paris, et la Tour-Eiffel (normal elle est au 9ème étage!). Puis on prend le bus (grève des transports oblige, dix minutes d’attente aye aye aye) pour aller boire un verre avec une amie vers Cité/St-Michel (j’ai l’impression de réciter le nom des stations de la ligne 4!). St-Michel et la vue de la Seine, Notre-Dame, cela me fait tout de suite un effet nostalgique. Petite photo sur les quais, à la lumière tamisée du soleil et de fin de journée en plus, et l’on va se poser dans un bistrot parisien. Bon, j’avais oublié les prix des consommations dans les bars à Paris ahahah. Comme d’habitude, ça douille, et l’addition grimpe vite si l’on ne fait pas attention. Anyway, je reprends le métro, direction Olympiades sur la ligne 14 pour le début d’une longue soirée d’anniversaire …. Il n’est peut-être pas utile que je vous détaille tous les rebondissements de la soirée sur mon blog 🙂

Vue sur la Seine au niveau du musée d’Orsay

Jour 6 (et premier réveil parisien) : Lendemain de soirée, donc. Mais celui-ci n’était pas trop difficile. Je sais faire la fête maintenant tout en restant raisonnable. 15h-15h30, on arrive à se motiver pour bouger jusqu’aux Tuileries. Palais-Royal, Tuileries, Musée du Louvre. Ces noms raisonnent comme des livres ouverts dans ma mémoire. Je ne sais pas pourquoi mais c’est le premier endroit sur Paris où j’avais envie de retourner me promener (bien que je n’y allais jamais lorsque je vivais moi-même sur place). On longe les Tuileries juqu’à la Concorde. On discute de tout et de rien, on discute du temps qui passe. J’aurais voulu organiser un pique-nique mais il est trop tard pour organiser un pique-nique, et je ne sais même pas si cela est autorisé. Àun moment donné, on tourne vers le quai d’Orsay, on longe le musée, on poursuit jusqu’à Trocadéro. Le temps est doux, la lumière est belle, on est juste bien à ce-moment là, là où on est. On décide d’aller prendre un verre. Je vous déconseille d’aller prendre un verre dans ce quartier (particulièrement dans le secteur Arc de Triomphe/ Champs-Elysées! Cher et déplaisant). On décide de retourner vers Notre-Dame/Hôtel de Ville. On discute. Canal St-Martin? On se le réserve pour le lendemain. Le Marais? On se le réserve pour plus tard dans la soirée. Pompidou (ou place du musée Georges Pompidou?). Parfait. Vendu. On boit un premier verre. D’autres personnes nous rejoignent. On finit la soirée à-côté comme prévu (la distance entre Pompidou et le Marais n’est même pas de cinq minutes). Je suis content de ma dernière soirée parisienne.

7ème jour (et fin du périple!) : Déjà le moment de quitter Paris (la visite fut brève mais intense!). Il y a plein d’autres choses que j’aurais voulu avoir le temps de faire encore, voir plus d’ami(e)s, voir les absent(e)s, aller voir l’expo de Klimt à l’Atelier des Lumières, le premier Centre Numérique a avoir ouvert ses portes à Paris. Dernière matinée, je retourne dans le dixième arrondissement, vers République (“Répu” pour les intimes), vers “le Canal” (Canal St-Martin). Mon ancien quartier. C’était juste o-bli-gé. Cela a déjà un peu changé en deux ans. Des nouvelles adresses, un nouveau “Biocop” au coin de la rue, ça se gentifrie, ça se boboïse. Mais j’aime ce coin toujours autant. Mon préféré et de loin sur Paris, jusqu’au quartier de la Villette dans le 19ème. Petite ballade avec ma pote Charlotte, qui me rejoint au Café Craft, un espace de co-working et un endroit où ils font du super bon café. Et puis on ira manger des crêpes (pour six euros!), ce qui n’est pas cher pour les prix du quartier. Il est déjà temps de rentrer chez moi. 15h20, l’heure du Ouigo à Montparnasse. Je ne peux pas croire que mon escapade en solitaire est (déjà) passée aussi vite. En tout cas je suis sûr d’une chose : comme je retournerai à Bruxelles je retournerai à Paris, quoiqu’il arrive. Je dis au revoir à ma pote Chachou. Je lui fais plein de bisous, elle, ma première lectrice, tout comme je vous en fais plein à vous aussi, ceux que je connais et ceux que je ne connais pas (ou moins). Et puis ne vous inquiétez pas, avec le rythme d’écriture que j’ai pris, je ne suis jamais loin de vous sortir un nouvel article, même si c’est pour vous parler de tout et de ne n’importe quoi (enfin je n’espère pas!). Alors, on va dire que je vous dis simplement à bientôt. A très vite fidèles lecteurs et lectrices (si vous êtes arrivés au bout de cet in-ter-mi-nable article sans me détester n’allez pas me faire croire que vous n’êtes pas les vrai(e)s des vrai(e)s. Je vous embrasse, vous envoie plein de bonnes ondes pour le printemps 2018. Votre dévoué Artyfixe.

Les bonnes adresses

Musées, monuments, institutions :

Bruxelles Manneken Pis : 1000 Bruxelles, Belgique

Grand-Place de Bruxelles : 1000 Bruxelles, Belgique

Galerie du Roi / Galerie de la Reine : 38, rue de la Reine Koninginne, 1000 Bruxelles, Belgique

Gare Centrale : 1000 Bruxelles, Belgique

Fresque LGBT : 25, rue de la Chaufferette, quartier Saint-Jacques, Bruxelles

Fresque Tintin : Rue de l’Etuve, 1000, Bruxelles

Fresque Titeuf : Boulevard Emile Bockstael, 1020 Bruxelles (Laeken)

Palais Royal de Bruxelles : 16, rue Brederode, 1000 Bruxelles, Belgique

Musée de Coudenberg : 7, Place des Palais, 1000 Bruxelles, Belgique

Siège national de l’Union de la presse cinématographique belge (UPCB) : 310, rue Royale, 1210, Bruxelles, Belgique

Eglise Notre-Dame au Sablon : 3, rue de la Régence, 1000 Bruxelles, Belgique

Palais de Justice : 1, Place Poelaert, 1000 Bruxelles, Belgique

MIMA Millenium Iconoclast Museum of Art : 41, quai du Hainaut, 1080 Molenbeek-St-Jean, BLG

Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique : 3, rue de la Régence, 1000 Bruxelles, Belgique

Atomium : Square de l’Atomium, 1020 Bruxelles, Belgique

Cafés et restaurants :

Bruxelles Café Novo 37, Place de la Vieille Halle aux Blés, 1000 Bruxelles, Belgique. Site web http://www.cafenovo.be/

Flamingo : 177, rue de Laeken, 1000 Bruxelles, Belgique. Site web http://flamingobrussel.be/fr

JAT’Café : 28, rue de Namur, 1000 Bruxelles, Belgique. Pas de site web.

Mano a Mano : 8, rue Saint-Boniface, 1050 Ixelles, Belgique. Site web http://www.manoamano.be/

Tich : 25, rue de Namur, 1000 Bruxelles, Belgique. Site web https://www.brusselskitchen.com/tich/bruxelles/restaurant (article)

Paris Café Craft 24, rue des Vinaigriers, 75010 Paris. Site web http://cafe-craft.com/home/

Magasins :

Urban Therapy : 84, rue de Flandre, 1000 Bruxelles, Belgique. Site web http://urbantherapy.be/

Urban Outfitters : 6, Place Stéphanie, 1050 Bruxelles, Belgique. Site web https://www.urbanoutfitters.com/fr-fr/stores/brussels

Articles :

Article du Bonbon sur Bruxelles : https://www.lebonbon.fr/paris/loisirs/48h-bruxelles/

Published by artyfixe

27 years old Marketing MA student in Montreal, Canada Travels Food Photography

8 thoughts on “Bruxelles, expérience à la belge au mois d’avril! 🇧🇪 (article disponible en français uniquement)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website with WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: