Deux ans de vie au Québec : Comment cela se passe ? (Two years of life in Quebec : How is it going ?) Part II

La semaine dernière, on s’étaient retrouvés pour la première partie de mon bilan sur ma vie à Montréal. Aujourd’hui, je vous partage la deuxième partie de cet article. Je vais évoquer d’autres aspects de mon expérience canadienne et essayer de vous faire part de mes futurs projets. C’est avec plaisir que je me suis replongé dans des souvenirs plus ou moins proches de ces deux années d’aventures sur le continent nord-américain. J’évoquerai aussi ma partie préférée de l’expérience (les voyages et la découverte du Canada !), quelques rencontres marquantes et tous les road-trips les week end où l’on peut se libérer, et puis je vous partagerai mon ressenti au niveau de la météo au Canada qui est assez spéciale et à laquelle il faut savoir s’adapter ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on ressent bien la différence, entre des -20 degrés en hiver et des 35 aux jours les plus chauds de l’été … J’espère que cette partie vous amusera et vous donnera envie de voyager et de connaître le Canada plus en détails. Et si ce n’est pas pour venir y vivre, pourquoi pas l’occasion de venir y faire un petit séjour lorsque l’on aura retrouvé une situation plus normale avec de bonnes conditions de voyage plus sécuritaires !

Last week, I shared with you the first part of my experience of my life here in Canada during two years, and the least that can I can say is that I told you everything about my experience! Today, I am back with you for the second part of this article. I have focused on more positive aspects of my life in Montreal. I have plunged back into memories more or less close to those two years on the North American continent. I will also evoke my favorite part of the experience (traveling and discovering Canada), the people I’ve met and all the road-trips. Then I will share my feelings about every season here in Canada. The least you can say is that you can feel the difference between -20 degrees in winter and 35 to the hottest days of summer … I hope this part will amuse you and make you want to travel and learn more about Canada. And if it is not to come to live here, why not the opportunity to come for a short stay when we will live a more normal situation with good and safer travel conditions!

Tout d’abord, qu’est-ce qu’il me plaît à Montréal ? Je trouve que Montréal est une ville assez culturelle par rapport à l’ensemble des villes canadiennes. Sans avoir la folie ou les proportions impressionnantes de Toronto, c’est une ville qui se défend bien au niveau de ses musées. Je vous conseille mon préféré, le Musée des Beaux-Arts de Montréal. Alors évidemment ce n’est pas Paris ou New York, mais la ville se défend avec de beaux musées et de nombreux festivals pendant la période estivale qui ont été malheureusement tous annulés cette année à cause du covid. Une de mes autres facettes préférées de Montréal ? La multitude de quartiers, qu’au fur et à mesure des saisons tu peux t’amuser à découvrir et redécouvrir, et les nombreux cafés en tout genre, des plus classes (Crew Café) comme aux plus loufoques (La Graine Brûlée), graine voulant dire autre chose en québécois. J’adore aussi le mélange de street-art et de gravures que l’on retrouve principalement dans le quartier du Plateau Mont-Royal, les demeures anciennes et familiales du riche et mystérieux quartier de Westmount ou bien celui d’Outremont, ainsi que les buildings du downtown qui surplombent la ville avec élégance. Vous l’avez compris, Montréal est un mélange de cultures et de styles différents ainsi que de différents quartiers plein de particularités et aux intonations étonnantes.

During my two-year experience, I was able to discover the city through its culture (Montreal is a super cultural city). So obviously it’s not Paris or New York, but the city defends itself with beautiful museums like the Montreal Museum of Fine Arts which is my favourite and many festivals during the summer period which were unfortunately all cancelled this year because of the covid. One of my other favorite facets of Montreal? The multitude of neighborhoods, which you can enjoy discovering and rediscovering as the seasons go by, and the many cafés of all kinds, from the classy (Crew Café) to the more zany (La Graine Brûlée), a seed that means something else in Quebec. I also love the mix of street-art and engravings found mainly in the Plateau Mont-Royal neighborhood, the old and family homes in the rich and mysterious Westmount or Outremont neighborhood, as well as the downtown buildings that overlook the city with elegance. As you can see, Montreal is a mix of different cultures and styles as well as different neighborhoods full of particularities and surprising intonations.

Ma saison préférée à Montréal est l’automne, et je suis content car restant probablement jusqu’à la fin de l’année 2020, l’automne qui s’en vient sera mon troisième automne consécutif. Les feuilles qui tombent, la mélancolie d’un Thanksgiving plus en avance que celui de nos voisins américains mais où tu sens déjà bien le froid du grand nord et l’odeur de feuilles brûlées dans la nuit d’automne qui vient de plus en plus tôt, c’est cette magie là que je recherche et que j’ai trouvé dans la ville, les lanternes en forme de citrouilles partout dans les rues avant Halloween et cette sorte de brouillard qui t’enivre avant les premières neiges de novembre .. Sinon, l’automne est la période idéale pour aller se balader autour de Montréal et se promener par exemple dans les Laurentides vers le Mont-Tremblant profiter de la « saison des couleurs ». Toute une ambiance que je vous conseille et que vous n’allez pas regretter. L’année dernière, nous étions allés à Ottawa début octobre et nous n’avions pas regretté le voyage. Je vous conseille aussi de visiter le parc Oméga avant les premières neiges (ou qu’il ne fasse trop froid pour ouvrir la fenêtre de la voiture).

My favorite season in Montreal is fall, and I’m happy because it will probably last until the end of the year 2020, this coming fall will be my third consecutive one. The falling leaves, the melancholy of a Thanksgiving earlier than that of our American neighbors but where you already feel the cold of the far north and the smell of burnt leaves in the autumn night that comes earlier and earlier, it is this magic that I am looking for and that I found in the city, the pumpkin lanterns everywhere in the streets before Halloween and this kind of fog that intoxicates you before the first snows of November … Otherwise, fall is the ideal time to go for a walk around Montreal and to go for example in the Laurentians towards Mont-Tremblant to enjoy the “season of colors”. A whole atmosphere that I advise you and that you will not regret. Last year, we went to Ottawa at the beginning of October and we didn’t regret the trip. I also advise you to visit the Omega Park before the first snows (or when it is too cold to open the car window).

Cette année en particulier, nous avons profité pour faire le plus de voyages possible. Vous pouvez lire ici mon article que j’ai publié à la suite de notre voyage à New York pour Noël et celui-ci à propos de Portland en février (à partir de mars cela a été un peu plus compliqué de voyager comme tu t’en doutes j’imagine). Mais ce que je veux vous dire, c’est qu’habiter au Canada, c’est avoir la chance de pouvoir vivre dans un pays dont on ne connaît rien en premier lieu et donc de pouvoir tout visiter. En plus, mon copain a un ami américain qui a une voiture et qui nous a promené un peu partout cette année (sauf pendant l’hiver et avec une pause pendant le confinement). Bon, même si je ne connais que deux provinces sur l’ensemble des provinces et des territoires qui forment le Canada (Québec et Ontario), car c’est un pays immense qui fait plusieurs fois l’Europe et où les distances sont telles que tu es obligé de voyager en avion, c’est déjà pas mal pour un début ! Les transports ici coûtant extrêmement chers, c’est aussi une des raisons pour laquelle les Canadiens n’utilisent pratiquement que la voiture. Cependant, cela ne m’a empêché de me rendre dans la ville de Québec, d’aller explorer les chutes de Montmorency à côté, l’île d’Orléans, le village de Mont-Tremblant dans les Laurentides, nous avons fait cet été un roadtrip dans la région de Charlevoix jusqu’à Tadoussac, nous avons fait plusieurs fois les Cantons de l’Est, avec le Mont-Orford et j’en passe, nous sommes retournés à Toronto et exploré le comté du Prince Édouard en Ontario. Honnêtement à part la Gaspésie, j’ai vu pratiquement tout ce que je voulais voir au niveau du Québec je pense, ce qui n’est pas trop mal car comme je vous l’ai dit voyager ici n’est pas si facile que ça en a l’air. Les photos juste en dessous sont à Kamouraska (Bas Saint-Laurent) que nous venons de voir le week end dernier.

This year in particular, my boyfriend and I had moved around a lot. You can read here my article that I published after our trip to New York for Christmas and this one about Portland in February (in French). Since March it has been a bit more complicated to travel as you can imagine I guess. But what I want to say to you is that living in Canada is having the chance to live in a country that you know nothing about in the first place and therefore to be able to visit everything. In addition, my boyfriend has an American friend who has a car and who has driven us everywhere this year (except during the winter and with a break during the confinement). So obviously, I only know two of the provinces and territories that make up Canada (Quebec and Ontario), because it is a huge country that is many times the size of Europe and where the distances are such that you have to travel by plane. Only here transportation is extremely expensive, and this is also one of the reasons why Canadians use practically only the car. However, this did not prevent me from going to Quebec City, to explore the Montmorency Falls next door, Orleans Island, the village of Mont-Tremblant in the Laurentians, this summer we did a roadtrip in the Charlevoix region to Tadoussac, we did the Eastern Townships several times, with Mont-Orford and so on, we went back to Toronto and explored Prince Edward County in Ontario. Honestly, apart from the Gaspé Peninsula, I’ve seen almost everything I wanted to see in Quebec I think, which is not too bad because as I told you travelling here is not as easy as it looks. Here are some pictures from the lovely place of Kamouraska (Quebec).

Je l’ai déjà plus ou moins évoqué avec l’automne au début de l’article, mais je voulais revenir sur mon expérience des saisons au fur et à mesure (et en particulier celle de l’hiver). Alors, je ne vais pas vous mentir, j’ai toujours autant de mal à m’adapter à l’hiver canadien même après deux années consécutives, et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai eu de temps de mal à m’adapter au pays la première année particulièrement. Toutefois, laissez-moi apporter quelques nuances à mon propos : l’hiver a aussi ses charmes que je me dois de reconnaître en tout bien tout honneur. J’aime quand la neige tombe délicatement depuis la fenêtre quand je suis dans le salon en train de lire un livre avec un thé ou un bon chocolat chaud, j’aime ces journées très froides mais avec du soleil où celui-ci se reflète contre la glace, j’aime ces couchers de soleil de 17h tout rose à couper le souffle, j’aime me retrouver à l’intérieur quand j’ai marché longtemps dans le froid, j’aime les parcs sous la neige, l’odeur de poutine en passant devant les restaurants, les sports d’hiver… Par contre je dois le dire, passés les premiers mois de l’hiver en novembre décembre et en janvier, cela commence à devenir interminable quand on se retrouve avec de la neige début mars ! Et ce n’est pas fini ! En général, il faut compter la mi-avril pour que tout s’arrête et que les températures deviennent plus douces. Alors, prêt.e pour un hiver canadien ?

I already more or less mentioned it with the fall at the beginning of the article, but I wanted to go back over my experience of the seasons (and especially the winter). So, I’m not going to lie to you, Canadian winter is still difficult for me even after two years in a row, and that’s one of the reasons why I had a hard time adapting to the country in the first year, especially during the first years (among other factors). However, let me make a few nuances about what I just said: winter also has its charms that I must acknowledge in all honor. I like it when the snow falls gently from the window when I am in the living room reading a book with a tea or a good hot chocolate, I like those very cold days but with the sun reflecting against the ice, I like those breathtaking pink 5 o’clock sunsets, I like to be inside when I have walked for a long time in the cold, I like parks under the snow, the smell of poutine while passing by restaurants, winter sports… On the other hand, I must say that, spent the first months of winter in November-December and January, it starts to become interminable when we find ourselves with snow at the beginning of March! And it’s not over yet! Usually, it takes mid-April for everything to stop and the temperatures to get milder. So, ready for a Canadian winter?

Printemps-été : il n’y a pas vraiment de printemps (ou à peine deux semaines à la mi-avril jusqu’au mois de mai) puis s’en vient l’été à partir du mois de juin avec beaucoup d’humidité et de fortes chaleurs pendant trois mois (juin-juillet-août). Après la période estivale est normalement très animée sur Montréal comme je vous l’ai dit, situation hors covid bien sûr.

Spring-Summer: there is no real spring (or barely two weeks from mid-April to May) then comes summer from June with a lot of humidity and high temperatures for three months (June-July-August). The summer period is normally very lively in Montreal as I told you, except the covid situation, of course.

Pour conclure cette deuxième partie, je n’ai pas vécu ma première année de la même façon que j’ai vécu ma seconde année sur Montréal. Je me sens bien mieux ici depuis que j’ai pris mes repères (même si ce n’est toujours pas facile tous les jours !). Même si la vie ensemble avec mon copain était l’une des principales raisons qui m’avait poussé à revenir pour une deuxième année consécutive, j’ai su aller de l’avant et profiter plus du moment présent et du fait de vivre ici à Montréal. L’année dernière, je n’aurais jamais imaginé que j’allais rester vivre ici plus de deux ans en fin de compte ! Aujourd’hui, j’ai les idées beaucoup plus claires. Je souhaite rentrer en Europe pour cette année, mais cette expérience au Canada m’aura changé et fait beaucoup mûrir. Il y a tout de même certains points que j’aurais aimé vivre autrement comme au niveau de mes études lorsque je pense à ce programme que j’ai détesté pendant deux ans et aussi au niveau de ma vie sociale depuis que je vis ici (disons que cela n’a pas été super facile de se faire des ami.e.s au Québec). Toutefois, c’est une expérience qui je pense restera avec moi tout au long de ma vie d’adulte. Certains jours je me disais que sans mon copain je n’aurais pas pu tenir un jour de plus ici, mais c’est aussi lui qui m’a donné le courage de continuer et de ne pas lâcher prise à la première difficulté rencontrée sur le chemin.

To conclude this second part, I saw a real difference between my first and second year in Montreal. I feel so much better here since I get used to everything now (even if it’s still not easy every day!). Moving in with my boyfriend and living with him has also contributed a lot to my balance and a certain change in my state of mind, and I’m enjoying the present moment and the opportunities available to me more. Last year, I would have never been able to say that I was going to stay living here for more than two years. Today, I have much clearer ideas, and even though I won’t stay living here another year, this experience has changed me forever and changed my life of young adult. There are certain things I’d like to forget such as my studies when I think of the lost opportunities following this program at ESG UQAM and also in my social life since I have been living here (because I do think its difficult to make a lot of friends in Quebec). However, I will keep a great memory of my experience here. Some days I told myself that without my boyfriend I could not have lasted another day here, but it was also him who gave me the courage to continue and not to let go of the first difficulty encountered on the way.

Ce que j’aurais aimé faire ou voir avant de partir (et cela devra attendre malheureusement) : aller sur les îles de la Madeleine, partir à la découverte de la ville de Vancouver et de la Colombie-Britannique, faire un road-trip en Gaspésie. Ah, et j’ai peut-être oublié l’île du Prince Edouard, et aussi la Nouvelle Ecosse et le Nouveau Brunswick. Ah, en fait c’est beaucoup trop dur de choisir ! Même si ce n’est pas pour tout de suite, je compte bien retourner au Canada par la suite et concrétiser certains projets, peut-être même essayer de vivre une nouvelle aventure et de partir sur la côte Ouest en Colombie-Britannique afin de découvrir une toute autre mentalité canadienne. Une fois mes études terminées et une expérience de travail en Europe qui m’apporterait une sérieuse crédibilité professionnelle, ça pourrait arriver plus vite que prévu! En attendant, mon projet en Europe serait de vivre une seconde expérience à l’étranger un peu plus proche, comme en Belgique ou aux Pays-Bas par exemple.

As for the dreams I couldn’t realize, there are three in total: going to the Madeleine Islands, discovering the city of Vancouver, in British Columbia, taking a road-trip in the Gaspé Peninsula. Ah, and I may have forgotten Prince Edward Island, and also Nova Scotia and New Brunswick. Ah, it’s actually much too hard to choose! Even if it’s not for now, I plan to go back to Canada afterwards and concretize some projects, maybe even try a new adventure on the West Coast in British Columbia. Once I finish my studies and get some work experience in Europe that would give me some serious professional credibility, it could happen sooner than expected! In the meantime, my project in Europe would be to live a second experience abroad a little closer, like in Belgium or the Netherlands for example.

Et voilà, j’espère que cet article vous a plu, et je vous dis à très vite je l’espère. En ce moment je me sens d’humeur créative et donc j’essaie d’écrire plus souvent. Donc on a qu’à se dire à bientôt.

Votre dévoué Artyfixe.

Here you go, I hope you liked this article, and I hope you will enjoy it very soon. At the moment I feel in a creative mood and so I’m trying to write more often. So I’ll see you soon.

Your devoted Artyfixe.

Published by artyfixe

29 years old copywriter and content creator in Montreal, Canada Travels Food Photography IG: @arty_fixe

3 thoughts on “Deux ans de vie au Québec : Comment cela se passe ? (Two years of life in Quebec : How is it going ?) Part II

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website with WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: